Born in Holland 1941. Because of the economic situation after the war I had to go to work at 14 and half years old. Because of my age they stuck me in a bakery (I had no choice).

Two years later I got my passport and sailors log book on the sly, and went through all the medicals to get on a ship. Then you had to have parents permission. After being faced with the "fait accompli", they relented, signed the consent form and let me go to sea.

I had to hand over 90% of my wages over to them.(automatically send to them by the company, it was the law). My sister went to emigrate to Canada in 1958 and I wanted to go along, but did not get permission to do so.

One year later, when my ship had docked in Oran- Algeria a mate said that he was going to join the Legion. Up to that time I had never heard of the Legion because any news in the newspaper about French troops in Indo China and Algeria, never did mention the Legion. Even to this day they only mention "French troops" whether the Legion is involved or not.

Anyway, I said to him, well I am going with you. At the Caserne in Oran, the sentinel told me to get the hell back to my ship if had any brains, but I thought it was a fine way to get away from the control of my parents. Then at that time, you had to be 21 years of age before you were considered of legal age and could do anything on your own.

Six months before my contract was up, the Legion offered to send me to Caporal training and then after six months to Sergeants training, if I signed up for another three years. I would have done it if it had not been that my parents had also emigrated to Canada (1963).

I insisted that I first paid them at least one visit. So after staying one year in Holland, I went with the intention to pay them a visit and then sign up again in the Legion. As it turned out, I liked Canada so much that I became a Canadian citizen.

I worked for about a year for my brother in law and after that I started my own Construction Company. Mostly house construction and renovating. It became later an incorporated business and started to do really well when I had my accident in 1982.

I fell 19 to 20 feet on top of a concrete footing and some construction material. I broke my neck (quadriplegic), had internal injuries and a severe cerebral concussion, which left me with a severe short term memory loss.

I use one finger and one pencil to type and I drive my Van/Automobile with hand controls.


BIOGRAPHIE RESUMEE :

Je suis né en Hollande en 1941. Etant donné la situation économique après la 2de guerre mondiale, j'ait dû aller travailler à quatorze ans et demi . En raison de mon âge et sans me demander mon avis, on m'a placé d’autorité dans une boulangerie.

Deux ans plus tard, en secret, j'ai obtenu mon passeport et un livret d'inscription maritime, et passé tous les examens médicaux d’aptitude à embarquer dans la marine marchande. Mais il fallait quand même l’autorisation des parents. Devant "le fait accompli ", ils ont consenti à signer le formulaire d’autorisation et à me laisser prendre la mer.

Cependant, conformément à la loi néerlandaise 90% de mes salaires leur étaient automatiquement versés par la compagnie. En 1958,ma soeur a émigré au Canada et j'ai voulu faire de même, mais n'en ai pas obtenu la permission.
Un an plus tard, alors que mon bateau était à quai à Oran (Algérie), un compagnon me dit qu'il allait s’engager dans la Légion. Jusque là je n'avais jamais entendu parler de la Légion parce que les journaux mentionnant les troupes françaises en Indochine et en Algérie, n'ont jamais nommé la Légion. Même aujourd’hui ils mentionnent seulement "les troupes françaises", que la Légion soit présente ou pas.

Quoi qu'il en soit, je lui ai dit que j’allais faire de même. A la Caserne d’ Oran, la sentinelle m'a dit: « tu est fou, retourne a ton bateau », mais moi j’ai pensé que c’était un bon moyen d’échapper au contrôle de mes parents. A cette époque l’age de la majorité légale était de 21 ans.

J’ai donc servi 5 ans dans la Légion en Algérie ce qui m’a permis de parcourir le pays dans tous les sens, y compris le Sahara. Six mois avant la fin de mon contrat , la Légion m’a proposé de faire le peloton de Caporal et puis de tenter six mois plus tard celui de sergent, à condition que je rengage pour encore trois années. Je l'aurais fait si ce n'avait été que mes parents avaient également émigré au Canada (1963). J'ai insisté pour pouvoir leur rendre au moins une visite avant. Ainsi après avoir passé un an en Hollande, je suis allé au Canada avec l'intention d’y rester peu de temps et puis de signer un nouveau contrat dans la Légion.

Cependant, le Canada m’a tellement plu que je suis devenu citoyen Canadien.
J'ai travaillé environ une année pour mon beau-frère et ensuite j'ai mis sur pied ma propre entreprise de construction de maison et de rénovation. C'est devenu plus tard une société et ça commençait à vraiment très bien marcher quand j'ai eu mon accident en 1982. Je suis tombé de 6 à 7 mètres sur du béton et un certain matériau de construction.
Je me suis cassé les vertèbres cervicales (quadriplégique), avec traumatismes internes et un choc cérébral grave, avec une perte importante de mémoire courte.
.
J'emploie un doigt et un crayon pour dactylographier et Je conduis mon Van/Automobile avec des commandes de manuelles.

Un grand merci à J-B. LEMAIRE pour éditant corrigeant le texte et la grammaire

BACK

BACK

TOP